• Olivier Scars

VISITE DE DISTILLERIE DE CALVADOS CHRISTIAN DROUIN

Mis à jour : 18 déc. 2019


Cette distillerie du Pays d’Auge représente mon premier contact avec ce superbe spiritueux qu’est le Calvados.

C’est mon ami Jean-Paul qui il y a très longtemps m’avait parlé de sa visite en me disant à quel point cette distillerie valait le détour.

Emmenant ma femme déjeuner à Honfleur pour ses 30 ans, nous fîmes un léger détour pour visiter pour la 1ère fois la distillerie de CALVADOS CHRISTIAN DROUIN.

Depuis, j’y suis retourné à de nombreuses reprises : préparation au concours des Trophées Internationaux du Calvados (cf article dédié), dégustation de toute la gamme des Calvados Lelouvier qui appartient au Calvados Christian Drouin (cf article dédié) et plus récemment pour la visite et la dégustation complète de tous les millésimes des Calvados Christian Drouin que je vais vous raconter ici.


J’eu l’idée de ce projet un peu fou après avoir grandement sympathisé avec Guillaume Auray à l’origine de la dégustation de toute la gamme des Calvadosp Lelouvier quelques mois auparavant.

Ma fille allant naître fin Juillet, c’est mi Juillet dernier que nous réussîmes à trouver une date de dispo commune dans nos emplois du temps respectifs afin de réaliser une visite complète et cette dégustation d’anthologie.

Ayant pris mes dispositions pour passer toute la matinée à la distillerie, j’eu le plaisir de découvrir le domaine sous un climat estival pour la 1ère fois.

La visite commença par quelques rappels historiques.

Dans les années 60, la maison Drouin créée par Christian Drouin Père avait une activité d’éleveur de calvados en rachetant et en embouteillant des stocks de vieux calvados à des producteurs réputés. Puis, l'activité de distillateur grâce à l’époque à Pierre Pivet lui permit de distiller ses propres calvados.


En 1969, Christian Drouin Fils s’associa à son père, mais c’est 1979 qu’ils purent les commercialiser.

En 2004, c’est son fils Guillaume Drouin qui rejoint l’entreprise familiale à son tour, fort de son expérience passée d’ingénieur agronome et d’œnologue.



Le domaine Drouin comporte deux vergers qui s’étendent sur 20 hectares et qui sont composés uniquement de pommiers hautes tiges regroupant 35 variétés différentes de pommes. La distillerie achète également en complément des pommes à des producteurs du territoire AOC Pays d’Auge.

Après avoir été ramassées au sol, lavées, triées et râpées, les pommes deviennent le marc de pomme.

Ce dernier reste quelques heures à l’air libre pour obtenir des cidres plus colorés et moins amers.

Ce marc est ensuite amené à la presse pneumatique avec un rendement seulement de 65%, de manière à n’extraire que les meilleurs arômes.



La fermentation est naturelle et les cidres ainsi créés patientent plusieurs mois en cuves afin d’obtenir après distillation des eaux-de-vie avec une plus grande structure marquée par une acidité plus franche, ce qui leur confère un meilleur potentiel de vieillissement.


La double distillation se fait grâce à un alambic à repasse de 2500 litres, fidèle au cahier des charges de l’AOC Calvados Pays d’Auge.



Mon hôte m’emmena ensuite au chai de vieillissement composé de plusieurs pièces et qui contient de très nombreux petits fûts afin d’obtenir plus d’échanges entre l’eau-de-vie et le bois, ainsi qu’avec l’air à travers le bois.



Des foudres de 15 à 25 hectolitres servent aux assemblages, aux soutirages et au stockage de vieux calvados pour lesquels on ne souhaite plus autant d’impact du bois.





La visite se termina par la dégustation de la gamme des millésimes.

J’avais déjà dégusté lors d’une précédente venue leur gamme hors millésime qui est riche et diversifiée.

Celle-ci comporte une « Blanche » qui est une eau-de-vie de cidre réduite de grande qualité, ainsi que des assemblages d’âges différents allant jusqu’à 25 ans et la « Pomme Prisonnière » qui correspond à un calvados assez jeune dans une bouteille contenant une pomme entière à l’intérieur.

Il existe également la gamme « Expression » qui permet à la maison Drouin d’innover et de tenter des choses moins courantes. On retrouve dans cette gamme des fûts uniques avec pour chacun des spécificités : degré plus élevé, finish en fût de rhum de chez Savanna ou de chez Hampden etc...


Grande spécialité de la maison, les millésimes de chez Christian Drouin s’étendent à ce jour de 1939 à 2000. Certains d’entre eux présentent la particularité d’avoir vieillis dans des fûts ayant au préalable contenu d’autres alcools que du calvados.

On peut citer des fûts de Banyuls, Rivesaltes, Xérès, Porto, Cognac, Muscat, Pommeau...


Cela est lié au fait que les fûts rachetés viennent d’horizons très différents et que la proximité du port du Havre ont permis d’acquérir cette diversité sans avoir besoin de partir aux quatre coins du monde pour les acquérir.

Cela peut paraître actuellement moins novateur puisque beaucoup de distillateurs d’autres alcools le font, mais cela reste assez rare dans le Calvados et Christian Drouin a été un des pionniers à en avoir fait une force, là où beaucoup de maisons ne s’étendent pas sur les origines de leurs fûts.

Cette dégustation fût épique (encore merci pour tout Guillaume !) et me permit de mettre plusieurs millésimes en haut de mes préférences : 1996, 1986, 1971, 1962, ainsi que 2 autres non dégustés ce jour et détaillés plus bas qui ont retenus toute mon attention.


EAU-DE-VIE DE CIDRE CHRISTIAN DROUIN 1948 68 ans 42%


Il s'agit d'un calvados qui n'a pas le droit d'en porter le nom, car il a été distillé en dehors de la zone d'appellation... à une dizaine de kilomètres près !

On parle donc ici d'une EAU-DE-VIE DE CIDRE DE NORMANDIE distillée en 1948, vieux de 68 ans et embouteillée par CHRISTIAN DROUIN à 42%.


La couleur est cuivrée.


Au nez, on est sur un magnifique rancio avec des notes d'amande, d'épices (clous de girofle) et de chutney de figue.


En bouche, on retrouve une pointe d'acidité avec du rancio, des notes de bois vernis, de figue rôtie, d'orgeat et d'épices à nouveau en fin de bouche.


Très belle longueur.


Un profil probablement assez clivant, mais qui m'a énormément plu : ⭐️⭐️⭐️⭐️




CALVADOS CHRISTIAN DROUIN 1985 25 ans 42%



Au delà d'être mon année de naissance, ce CALVADOS CHRISTIAN DROUIN 1985 est un millésime devenu très rare au point de ne plus être disponible à la distillerie depuis longtemps puisque mon hôte Guillaume Auray qui travaille dans l'entreprise depuis plusieurs années ne l'a jamais vu !


C'est sur un site internet belge de vente de spiritueux que j‘ai réussi à le trouver il y a quelques années.

Je l'ai depuis revu dans l'excellente cave La Compagnie Des Calvados à Honfleur.



Il s'agit donc d'un calvados de 25 ans d'âge embouteillé à 42%.


La couleur est veil or avec des reflets cuivrés.


On trouve au nez des notes de pommes au four, d'épices (cannelle), d'abricot sec et de noix.


En bouche, on retrouve les notes de pommes chaudes avec celles de fruits à coque et de fruits secs, le tout soutenu par un boisé qui prend finalement peu de place par rapport au reste des arômes.


Belle longueur.


Un très joli calvados dans l'esprit de ce que j'aime chez Christian Drouin : ⭐️⭐️⭐️⭐️




Pour terminer, je tenais à vous parler d'un cadre que j'ai découvert dans la salle de dégustation lors de ma 1ère visite il y a quelques années maintenant et qui témoigne de l'amitié que porte notamment LUCA GARGANO (patron de VELIER) pour la maison Drouin.


Cette amitié s'est d’ailleurs renforcée en 2017 par une sélection à l'occasion des 70 ans de Velier : un Calvados Christian Drouin 1991 26 ans 45%.

- Mabel : http://www.mabelparis.com
- Oh My Spirit : https://www.ohmyspirit.com
- Rum The World : http://www.rumtheworld.com
- Durhum : http://durhum.com
- Rhums de l homme à la poussette : https://lesrhumsdelhommealapoussette.com
- Blog à Roger : http://leblogaroger.eu