• Olivier Scars

CLÉMENT 1976 44% / CLÉMENT 1970 44% / CLÉMENT 1952 44%

Mis à jour : 23 nov. 2019



Voici une triplette millésimée qui m’a longtemps faite rêver et qui inclut les millésimes 1976, 1970 et 1952 de rhums issus de la distillerie martiniquaise CLÉMENT.


Lors de ma visite à l’Habitation il y a quelques années, j’ai pu constater qu’il existait également les millésimes 1950 et 1966.

J’ai longtemps cherché à les déguster, mais mise à part le propriétaire du Point Rouge à Bordeaux qui semble avoir une de ces licornes fermées et le site Internet « La Compagnie du Rhum », je ne les ai malheureusement jamais vu passer.


Récemment, c’est le millésime 2002 qui est sorti, mais je n’ai pas encore eu l’occasion de le déguster.


Revenons donc à celles qui sont encore assez facilement trouvables et que j’ai eu l’occasion de déguster à plusieurs reprises de manière séparée ou lors de line up comparatif.




CLÉMENT 1976 44%


Crédit Photo : Guillaume Leblanc via Google Images

C’est le premier des trois millésimes vintage de chez Clément que j’ai eu l’occasion de déguster.


Comme pour beaucoup de premières expériences en rhum agricole, c’est dans l’excellente rhumerie et bar à cocktails « LE CYCLAMEN » au Havre que mon ami Alain Gabriel m’a fait découvrir cette bouteille.


Assez facilement trouvable chez les cavistes spécialisés, sur Internet et même dans des grandes surfaces en Martinique, j’ai eu l’occasion de la déguster à nouveau via des split ou lors de soirées dégustation en région parisienne.



Il s’agit donc d’un rhum agricole issu de la distillerie martiniquaise CLÉMENT du millésime 1976, âgé de 20 ans et embouteillé à 44%.


La couleur est ambrée foncé avec des reflets cuivrés.


Au nez, on retrouve des notes d’amandes grillés, de vanille et d’épices (muscade) le tout soutenu par un joli boisé.


En bouche, c’est assez sec sur le mélange d’épices, puis apparaissent les amandes poêlées associées à des notes de banane séchée.


Belle longueur.


Une belle entrée en matière, valeur sure de l’Habitation Clément : ⭐️⭐️⭐️



CLÉMENT 1970 44%



Également encore trouvable sur internet et chez les cavistes spécialisés, cette bouteille était également disponible à l’aéroport parisien Charles de Gaulle dans les duty free de certains terminaux.

C’est d’ailleurs là que je l’ai achetée lors d’un voyage au Mexique il y a quelques années.



Cette cuvée m’évoque également malheureusement un « drame personnel » pour l’amateur de rhum que je suis.

Dans mon ancien appartement, j’avais installé mes bouteilles sur des plaques de verres très épaisses, mais peu stables, dans une jolie vitrine rétro-éclairée.


Alors que je dépoussiérais mes trouvailles, une de ces plaques en verre se retourna entraînant avec elle toutes les bouteilles posées dessus, puis toutes celles de l’étage inférieur et de même sur 3 étages...

Sans penser au verre brisé, je mis mon corps en opposition afin de bloquer un maximum de bouteilles et j’appelai ma femme à l’aide : « Sauve le Bailly 29 !! Sauve le Bally 29 !! »

Le Bally fut sauvé, mais l’odeur intense de rhum et la flaque sur mon plancher me confirma que le pire était arrivé...


Espérant très fort que ce soit la bouteille de Diplomatico Ambassador ou celle de Centenario 30 ans, c’est avec beaucoup de tristesse que je découvris qu’il s’agissait en réalité mes bouteilles de Clément 1970 et d’Enmore 1995 Velier.


Mon ami Jean-Paul compatissant à mon malheur me revendit prix coutant sa 2ème bouteille d’Enmore et il me fallu attendre un voyage à New York pour pouvoir racheter une nouvelle bouteille de Clément 1970.




Il s’agit d’un rhum agricole issu de la distillerie martiniquaise CLÉMENT du millésime 1970, âgé de 20 ans et embouteillé à 44%.


La couleur est ambrée foncé avec des reflets cuivrés également.


Au nez, on retrouve des notes de boîte à cigare, de réglisse et de fruits très mûrs.


En bouche, c est moins sec que le 1976, marqué par des notes de tabac et de réglisse associées à des notes de fruits secs (pruneau) et un boisé légèrement amer.


Belle longueur également.


Un profil aromatique à mon sens plus complet que le précédent : ⭐️⭐️⭐️⭐️




CLÉMENT 1952 44%



J’ai longtemps considéré ce rhum comme le 1er très vieux millésime accessible, car relativement facilement trouvable.

En effet, il n’est pas rare de le voir sur internet et chez les cavistes spécialisés, notamment parisiens.


J’ai beaucoup fantasmé sur ce millésime, car celui-ci me narguait au bar LE CYCLAMEN au Havre, bien accroché au mur dans son joli coffret.

Alain Gabriel, le patron, m’a toujours dit qu’il ne l’ouvrirait que le jour où il prendrait sa retraite et où il vendrait son établissement.

Ne souhaitant bien entendu pas que ce jour arrive de si tôt, il me fallait trouver une autre solution pour réussir à le déguster.




C’est finalement lors d’une soirée de dégustation « fin de bouteille » au FLORIS GARDEN à Bruxelles que je pu le déguster comme je le raconte dans mon article concernant le DAMOISEAU 1953 sur ce blog.




Je l’ai dégusté à nouveau chez mon ami londonien, mais dans une bouteille bien plus remplie cette fois, puis à la maison avec mon ami pharmacien fan de rhum agricole.

C’est d’ailleurs grâce à ce dernier que j’ai découvert qu’il existait une version de cette cuvée avec une étiquette cuir (tout comme pour le 1970 d’ailleurs).


Mais c’est finalement mon ami Cyril de DURHUM qui me vendit une demi bouteille de ce Clément.





Il s’agit d’un rhum agricole issu de la distillerie martiniquaise CLÉMENT du millésime 1952, qui aurait vieilli pendant une trentaine d’année en fût avant de finir de son vieillissement pendant près d’une dizaine d’années en foudre pour être finalement embouteillé à 44%.


Un tel vieillissement aussi long à l’époque soulève bien évidemment des questions et bien peu de réponses que tente tout de même de regrouper DURHUM dans son excellent article à propos de l’Habitation Clément que je vous invite à (re)découvrir sur son blog.


La couleur est plus cuivrée que les précédents.


Au nez c’est intense, porté par des notes de réglisse à nouveau associées aux notes d’épices du 1976 (muscade) et à celles de fruits secs du 1970 (pruneau, figue).

En bouche, c’est tout aussi intense avec des notes de réglisse, un boisé tirant sur l’amer, des notes de fruits très mûrs et de cigare.


Longueur supérieure aux 2 précédents.


Un rhum aussi mythique que mystérieux avec un profil plus intense que les précédents que j’ai un peu moins apprécié : ⭐️⭐️⭐️

0 vue

- Mabel : http://www.mabelparis.com
- Oh My Spirit : https://www.ohmyspirit.com
- Rum The World : http://www.rumtheworld.com
- Durhum : http://durhum.com
- Rhums de l homme à la poussette : https://lesrhumsdelhommealapoussette.com
- Blog à Roger : http://leblogaroger.eu