• Olivier Scars

FOURSQUARE 1998 VINTAGE 10 ans 40%

Mis à jour : 30 juin 2019


Voilà une bouteille que je rêvais absolument de déguster ! Non pas parce que les personnes qui l’ont goûtés l’ont encensé, mais parce que j’ai toujours voulu savoir ce que donnait gustativement le premier millésime de la distillerie FOURSQUARE que j’apprécie tant.


Recherchée compulsivement par des collectionneurs fan de cette distillerie, on voit fréquemment sur la page Facebook Rhum Collector des messages proposant des échanges contre des bouteilles très recherchées elles aussi !




En visite chez FOURSQUARE à la Barbade l’hiver dernier (un hiver bien agréable sur cette île je dois dire), j’ai demandé à Richard Seale (le patron de chez Foursquare) si il lui en restait en vente ou en dégustation et sa réponse fût sans appel : « Plus aucune depuis très longtemps ! ».








Je ne connais donc qu’une personne qui possède cette bouteille et coup de chance, c’est un ami ! Je lui ai donc demandé plusieurs fois si il comptait l’ouvrir pour m’en échanger ou m’en vendre un sample, mais celui-ci préfère la garder fermée pour son côté « collector ». J’ai tenté de le convaincre de la splitter à bon prix, mais même résultat. Il m’a même avoué avoir reçu des propositions financières indécentes de la part de collectionneurs pour la lui acheter !




L’explication de la rareté de cette bouteille viendrait selon moi du fait que ce rhum a été vendu à prix correct à sa sortie et que le tirage du nombre de bouteille n’était pas très élevé. Je pense donc qu’elles ont été vu dans leur grande majorité (hourra !!) et pas collectionner puisqu’à l’époque de leur sortie, personne n’avait misé sur un intérêt spéculatif les concernant (double hourra !!).


Résigné à ne sans doute jamais réussir à la déguster, je vis un jour sur Facebook une photo de Christian Seale (le fils de Richard Seale) disant l’avoir dégusté dans un bar à Berlin. Pensant que c’était sa bouteille et qu’il l’avait ramené pour l’occasion, je n’y fis pas plus attention que ça.




Quelques mois plus tard, je vis une autre photo de cette bouteille prise dans ce même bar berlinois par un fan de la distillerie qui disait l’avoir dégusté sur place.

Quel ne fut pas ma surprise quand je découvris que ce bar était en réalité le LEBENSSTERN à BERLIN (cf mon article sur le TROIS RIVIÈRES 1953).

Ma décision fût prise, il me fallait y retourner pour avoir une chance de déguster ce rhum !

Le temps de trouver un créneau dans mon planning, c’est finalement fin Janvier que je décide de partir pour 24h à Berlin.


Entre le déminage d’un bagage abandonné à l’aéroport et une sieste dans l’avion, je n’ai pas trop eu le temps de penser au fait que la bouteille serait peut être terminée à mon arrivée ! Une crainte qui a finalement refait son apparition sur le route entre l’hotel et le bar.


Après avoir attendu 10 minutes devant la porte du bar pas encore ouvert, les quelques minutes passées à rechercher la bouteille parmi les différentes immenses vitrines du bar semblent interminables... C’est finalement avec émotion et soulagement que je découvre enfin la dite pépite ! Voyant qu il ne restait qu’un tiers de la bouteille, je me dis que j’ai bien fait de ne pas plus attendre.


Le prix du verre est correct (20€ les 4cl), je m’installe confortablement dans un des nombreux agréables fauteuils et commande mon verre. Ce que j apprécie aussi dans ce bar, c’est le fait que l’on nous amène la bouteille pour pouvoir la décrypter et l’admirer pendant tout la durée de la dégustation et ce, sans avoir à la réclamer.


Il s’agit donc d’un rum de la Barbade de chez Foursquare, le 1er millésime embouteillé. Distillé en 1998 et embouteillé en 2008, il a vieilli 10 ans dans des fûts de Bourbon avant d’être embouteillé à 40%.


Couleur cuivrée avec des reflets dorés.


On découvre un nez fin et subtil typé Foursquare assez caractéristique sur des notes de vanille, de coco grillé et de mélasse caramélisée.


La bouche reste dans l’esprit du nez. C’est ample malgré le degré et on retrouve des notes de fruit à coque grillés, de la vanille et de la coco.

Le fût de Bourbon amène une finale plutôt sèche témoignant d’un rhum non resucré.


La longueur est correcte.

Un rhum à la genèse de cette superbe distillerie qu’est Foursquare et qui permet de mieux appréhender la suite de leur travail : ⭐️⭐️⭐️



Est ce que je m’attendais à un rhum exceptionnel ? Résolument pas ! Est ce que je regrette ces recherches et ce périple ? Bien au contraire ! Ce rhum aurait pu être mauvais (ce qui est loin d’être le cas !), j’aurai été satisfait de ce que j’ai entrepris pour le débusquer et le déguster. Le plaisir est lié pour moi à l’ascenseur émotionnel induit par la recherche et le dénouement final en l’ayant trouvé.

Le fait de devoir aller jusqu’à Berlin pour enfin le découvrir et le déguster aura augmenté ce plaisir. La chasse au trésor façon pirate à la Barbade des temps modernes en quelques sortes.
500 vues

- Mabel : http://www.mabelparis.com
- Oh My Spirit : https://www.ohmyspirit.com
- Rum The World : http://www.rumtheworld.com
- Durhum : http://durhum.com
- Rhums de l homme à la poussette : https://lesrhumsdelhommealapoussette.com
- Blog à Roger : http://leblogaroger.eu