• Olivier Scars

J.M 1985 10 ans 50% / J.M 1985 15 ans 44,2%



Dans la série des dégustations comparatives que j’avais envie de réaliser depuis longtemps figure celle des deux J.M 1985 : un 10 ans d'âge à 50% et un 15 ans d'âge à 44,2%.


Ce face à face m’intéressait, car il s’agit de mon année de naissance et d’un millésime de la distillerie martiniquaise J.M assez ancien.

Bien que rien n’indique que le cuvée 15 ans soit le composé du même assemblage que la cuvée 10 ans, on peut toutefois considérer cet exercice intéressant puisqu’il s’agit bien du même millésime.

Je suis tombé un peu par hasard sur le J.M 10 ans lors de mon 1er voyage en Martinique.

Alors que mon séjour touchait à sa fin, nous entrâmes à la Case À Rhum à l’aéroport de Fort-de-France, véritable cave aux trésors renfermant de très nombreux rhums martiniquais collectors.

Un ami m’avait parlé de ce lieu en me disant que les bouteilles rares y étaient en effet extrêmement nombreuses, mais que les prix pratiqués étaient rédhibitoires.


Par curiosité, je demandai à la vendeuse si elle possédait des rhums du millésime 1985.

Alors qu’elle me répondait par la négative, sa collègue alla tout de même regarder dans la réserve et revint avec ce J.M 1985 10 ans.

Le prix n’était pas à jour, mais elle accepta de me la vendre au prix indiqué qui était nettement moins cher que les autres prix affichés.



J’ai eu beaucoup plus de mal à obtenir le J.M 15 ans.

Il aura fallu attendre une transaction avec un vendeur suisse par l’intermédiaire d’un ami transfrontalier pour l’obtenir.


Ce fût un très bel achat groupé, puisque j’achetai par la même occasion une bouteille de Chantal Comte Plantation de la Montagne Pelée 1975 et 1976, ainsi qu’une bouteille de Chantal Comte Sainte-Luce 1980 dont je vous parlais dans cet article.


Les prix étaient très (trop) élevés, mais la rareté de ces cuvées, et notamment de cette J.M, me fit craquer par peur de ne pas les retrouver.



Je ne reviendrais pas dans cet article sur la distillerie J.M puisque je l’ai fait récemment dans un article dédiée suite à ma visite chez eux.

Je vous invite donc à (re)lire cet article.


J.M 1985 10 ans 50%



Il s’agit donc d’un rhum agricole AOC Martinique de la distillerie J.M ayant vieilli durant 10 ans dans des fûts de 200 litres et embouteillé brut de fût à 50%.

Ces millésimes de 10 ans d’âge portant une étiquette en papier et siégeant dans des boîtes en carton sont produits chaque année depuis 1974.


La robe est cuivrée tirant vers l’acajou.


Au nez, c’est vif et saisissant sur des notes de poivre noir, d’un boisé délicat presque patiné, puis de fruits à coque (noisette), de pâte d’amande, d’épices chaudes (clou de girofle), d’abricot sec, ainsi que des notes pâtissières (pain toasté).

En bouche, c’est fin et élégant, sur des notes de brioche, de crème d’amande, de confiture d’abricot, le tout bien balancé par des notes poivrées et d’épices (muscade), ainsi que ces notes boisées d’un bois toujours très noble.


Très belle longueur.

Un très beau J.M au profil gourmand et très élégant : ⭐️⭐️⭐️⭐️


J.M 1985 15 ans 44,2%



Il s’agit donc d’un rhum agricole AOC Martinique de la distillerie J.M ayant vieilli durant 15 ans dans des fûts de 200 litres et embouteillé brut de fût à 44,2%.


Ces millésimes portant une étiquette en cuir et siégeant dans des coffrets en bois sont produits chaque année depuis 1982.


La robe est acajou.


Au nez, c’est tout aussi intense et saisissant que la version 10 ans malgré la différence de degré d’alcool.


C’est en revanche beaucoup plus intense, sur des notes de fruits à coque torréfiés (noisette), de grains de café torréfiés, de chocolat noir et de cape de cigare associées à des notes boisé plus présentes, mais loin d’être désagréable.


En bouche, c’est intense également avec une belle puissance malgré le degré affiché.



On trouve des notes d’épices (gingembre, vanille) qui se mêlent à des notes de café plus gourmandes allant sur le caramel, le tout bien balancé par les notes poivrés.

On retrouve des notes de fruits secs (raisin), ainsi que de boîte à cigare.

Les notes boisées sont bien marquées, mais maîtrisées, sans d’amertume à proprement parlé.


Très belle longueur.

Une superbe J.M avec une superbe balance gourmandise / bois : ⭐️⭐️⭐️⭐️




En conclusion, je dirais que je préfère la version 10 ans pour son élégance, mais le 15 ans pour l’intensité de ses arômes.


Difficile de les départager donc, ma préférence variant selon l’humeur et l’envie du moment.

507 vues2 commentaires