• Olivier Scars

LONG POND 1941 GORDON & MACPHAIL 58 ans 50% / LONG POND 1941 SILVER SEAL 58 ans 50%

Mis à jour : 2 nov. 2020

Dans la série des duels de légende figure incontestablement la réunion des deux LONG POND 1941 : celui de GORDON & MACPHAIL et celui de SILVER SEAL.


Même millésime, même année d’embouteillage au même degré, l’histoire raconte qu’il s’agit d’un fût unique acheté par G&MP qu’il aurait accepté de revendre pour une petite partie à l’embouteilleur italien alors basé en Ecosse.


Je n’ai jusqu’alors jamais trouvé de dégustation comparative attestant de leur similarité gustative.

Il me fallait donc en avoir le cœur net.



LONG POND 1941 GORDON & MACPHAIL 58 ans 50%

CREDIT PHOTO : THE WHISKY EXCHANGE


Je n’eus pas trop de difficulté à trouver un sample de cette version de Gordon & MacPhail, car il s’agit d’une bouteille qu’on pouvait encore trouver assez facilement il y a quelques années pour peu qu’on y mette les moyens bien entendu, toutefois pas si élevés au vu du monstre qu’est ce rhum.


CREDIT PHOTO : ROMHATTEN


C’est mon ami basque qui m’en échangea un sample.

CREDIT PHOTO : THE WHISKY EXCHANGE


Il s’agit donc d’un rhum du millésime 1941 de la distillerie jamaïcaine Long Pond.


Distillé très exactement le 03/05/1941, ce rhum fut envoyé au Royaume-Uni en 1946, avant d’être acheté en 1967 par Gordon & MacPhail et de poursuivre son vieillissement dans leur chai de vieillissement dans le fût numéro 46 jusqu’en 1999 où il sera embouteillé à 50%.






La robe est de couleur or.


Au nez, c’est très fin, infiniment élégant, porté sur des notes de solvants, d’esters maîtrisés avec des fruits tropicaux très très murs (ananas, mangue), de la pomme verte, de la saumure d’olives, mais également des notes gourmandes de miel et de fleurs blanches.

Peu d’impact du bois malgré ce que la durée de vieillissement laissait présager.





En bouche, c’est assez gourmand et suave sans perdre en élégance.

Une belle puissance éveille d’emblée le palais avec des notes d’olives vertes, de citron vert, de colle, de fruits blancs du verger (poire), vite rattrapées par les notes de compoté de fruits tropicaux, associées à des notes épicées (poivre jamaïcain, gingembre).

Là encore, on ne retrouve pas vraiment de grosse trame boisée.


Très belle longueur.


Un sublime Long Pond de vieillissement continental. Entre élégance et exubérance maîtrisée : ⭐️⭐️⭐️⭐️



Vous aussi donnez vos impressions sur ce rhum grâce à l’application RUM TASTING NOTES juste ici.




LONG POND 1941 SILVER SEAL 58 ans 50%

CREDIT PHOTO : WHISKY AUCTION


Acquérir un sample de la version de Silver Seal de ce Long Pond 1941 fut bien plus complexe que celle de Gordon & MacPhail.


En effet, il n’y a eu que très peu de bouteilles produites par l’embouteilleur italien et personne à ma connaissance n’a ouvert la sienne.



C’était sans compter sur Emmanuel Dron, patron de AULD ALLIANCE, incroyable bar à spiritueux à Singapour.


Lors d’une voyage d’affaire, mon meilleur ami italien m’envoya une photo de quelques rhums collector proposés à la dégustation dans ce bar.

Et parmi eux, ce fameux Silver Seal !


N’ayant pas de fiole vide sur lui pour en ramener un sample, il me conseilla de trouver un français résident à Singapour pour m’en ramener un.

CREDIT PHOTO : ZOORADO


Je demandai alors à Mathieu, un grand amateur de rhum habitant Singapour et avec qui j’avais déjà parlé sur Facebook.


Il accepta sans hésiter, mais m’expliqua qu’il était très compliqué de voyager avec de l’alcool depuis, et encore pire vers Singapour.


Malgré tout, il semblait très optimiste à l’idée de réussir à ramener un sample, tant la quantité était faible.

CREDIT PHOTO : PIETRO CAPUTO


Il posa alors la question pour moi à Emmanuel avec qui je ne conversais pas encore sur les réseaux sociaux.


Ce dernier accepta et m’offrît même les frais de service pourtant élever à 10% à Singapour !


Le temps pour Mathieu de prévoir un voyage à Paris et de convenir d’un endroit de dépôt pour ce sample et le tour était joué !

Rien de tel alors que le Mabel, magnifique bar à cocktails et à rhums créé par notre ami commun Joseph Akhavan.

À noter que depuis, ce dernier a vendu son bar et travaille sur d’autres projets.


CREDIT PHOTO : WHISKY AUCTION


Je fus rassuré d’apprendre que le sample était passé en soute sans encombre et qu’il était intact une fois arrivé à Paris.


Mathieu, puis Joseph me confirma la bonne réception du sample et je pus ainsi le récupérer, sans oublier de remercier chaleureusement avec des samples mes 2 partenaires de ce projet.

CREDIT PHOTO : THE DRINKS BUSINESS


Il s’agit donc d’un rhum du millésime 1941 de la distillerie jamaïcaine Long Pond.

Distillé le 03/05/1941, ce rhum fut envoyé au Royaume-Uni en 1946, avant d’être acheté en 1967 par Gordon & MacPhail et de poursuivre son vieillissement dans leur chai de vieillissement dans le fût numéro 46 jusqu’en 1999 où il sera embouteillé à 50%.


Gordon & MacPhail accepta d’en vendre quelques bouteilles à l’embouteilleur italien SILVER SEAL alors basé en Écosse, ce qui explique la mention « Glasgow » sur les bouteilles de Silver Seal.


12 bouteilles sous la forme classique des embouteillages Silver Seal,


quelques autres dont je ne connais pas le nombre dans un format de carafes arrondi,


ainsi que dans un format de carafe anguleux à un nombre d’exemplaires que je ne connais pas non plus.




CREDIT PHOTO : OAKS CELLARS



La robe est or avec reflets ambrés.

Plus sombre que celle de Gordon & MacPhail donc.


Au nez, c’est plus concentré que le G&MP et il faut d’avantage d’aération pour percevoir l’intégralité de la palette organoleptique de ce rhum.

On retrouve des notes d’esters avec des notes de colle, de tapenade d’olives vertes, mais également là aussi de la gourmandise avec des notes de fruits tropicaux quasiment pourris et de citron confits.

À peine plus d’impact du bois que sur la version de G&MP.

En bouche, c’est d’avantage gourmand et concentré par rapport à la version de G&MP.

Ce qu’on perd en élégance, on le gagne en intensité aromatique.

Toujours cette belle puissance au service des notes d’ananas très mûrs, d’olives vertes à l’ail, associées à des notes de tabac blond et d’épice chaudes (cumin), de piment doux et de citrons confits à nouveau.

Comme au nez, le bois n’est que peu expressif.

Très belle longueur sur cette version aussi.


Un superbe Long Pond de vieillissement continental, plus intense et concentré que la version de G&MP et que l’on aimera tout autant, mais pour des raisons différentes : ⭐️⭐️⭐️⭐️



Vous aussi donnez vos impressions sur ce rhum grâce à l’application RUM TASTING NOTES juste ici.


Comment alors expliquer ces différences significatives entre ces 2 versions ?


Cela pourrait être lié à la différence de dates d’ouverture des 2 bouteilles dont j’ai récupéré un sample de chacune.


Le niveau de chacune pourrait également être une explication, puisqu’on sait que l’oxydation peut modifier le profil aromatique d’un rhum.


Cependant, tout cela n’explique pas la différence de couleurs de robe pourtant bien réelle et pour laquelle je n’ai à ce jour pas d’explication.


J’ai donc écrit à MAX RIGHI (patron de Silver Seal) qui pense que cela peut être du au fait que ses bouteilles n'ont peut être pas été embouteillées exactement le même jour que celles de G&MP ou bien que la différence de forme des 2 bouteilles peut être en cause du fait d'une quantité d'air différente dans chacune d'elles.

353 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout