• Olivier Scars

MONYMUSK 1984 : SILVER SEAL 62,3% / VELIER 63,1% / VELIER 69% / PLANTATION 74,8%

Dernière mise à jour : 14 déc. 2020


CREDIT PHOTO : MATTHIEU GOUZE


Nous sommes de plus en plus nombreux à apprécier les dégustations comparatives pour ma part, j’aime cet exercice aussi bien pour la dégustation que pour la recherche de samples et de bouteilles que cela implique.


Ce ne fut pas chose aisée de réaliser celle-ci, car même si chacune de ces quatre bouteilles sont sorties récemment, elles ont été vendu extrêmement rapidement.


Rien d’étonnant à cela quand on sait qu’il s’agit de rhums parmi les plus vieux rhums MONYMUSK de la distillerie jamaïcaine Clarendon et ayant vieillis sous climat tropical.



Le premier de ces 4 embouteillages a être apparu est celui de chez Velier à 69%.


Luca Gargano (patron de la société) avait présenté en exclusivité cette bouteille lors de sa masterclass au Whisky Live Paris 2019.

Une poignée de chanceux ont donc eu le privilège de déguster cette cuvée en avant première.




CREDIT PHOTO : CHRIS TOPHE


C’est plusieurs mois après que Luca a annoncé lors d’une e-masterclass sur la Confrérie Du Rhum, puis mis en vente, non pas une, mais deux versions de ce Monymusk 1984.





Quel ne fut pas l’étonnement des amateurs de rhums jamaïcains quand Silver Seal dévoila peu de temps après la liste de ses futurs embouteillages et que figurait parmi eux un Monymusk 1984 !


Tout d’abord un peu éclipsé par la présence dans cette liste d’un WIRD (Barbados) de plus de 30 ans, c’est finalement l’annotation « 36 years / Tropical Age » qui retint mon attention, car ce n’est pas une habitude fréquente chez cet embouteilleur.




CREDIT PHOTO : SILVER SEAL


Et pour terminer, alors que des bruits circulaient sur un futur Single Cask très attendu, sélectionné par LMDW et embouteillé par Plantation, ce dernier annonça finalement qu’il s’agissait également d’un Monymusk 1984.


Après avoir été envoyé sous la forme de samples à différents professionnels, cette cuvée fût présentée en exclusivité en Septembre dernier au stand de Plantation lors du superbe salon Rhum Society organisé par l’équipe du Bar 1802 dans l’hotel Montecristo à Paris.


Après quelques recherches, j’appris que la société Wray & Nephew avait réalisé en 2018 une vente de vieux fûts émanant de plusieurs distilleries.

W&N avait racheté préalablement un stock de vieux fûts de Monymusk à une société jamaïcaine dénommé D&G et avait décidé d’en revendre.


C’est donc lors de cette vente que plusieurs fûts de Monymusk 1984 issus de la distillerie Clarendon ont été vendu aux 3 différents embouteilleurs.



Je tiens à remercier chaleureusement pour la réalisation de cet article :







Chris Tophe d’avoir réalisé le split des 2 versions Velier sur son profil Facebook et merci à lui pour les photos de ces 2 bouteilles,






CREDIT PHOTO : CHRIS TOPHE


Matthieu Gouze de chez Plantation pour les photos des 4 cuvées réunies et pour les infos,


Alex Denesle du groupe Facebook Esters & co pour le split de la cuvée Plantation,





Silver Seal d’avoir eu l’excellente idée de mettre en vente des samples sur leur site,


Mael Yann Gouezou pour avoir accepté de partager ce sample,







Luca Gargano (Velier), Max Righi (Silver Seal) et Alexandre Mourigué (Plantation) pour toutes leurs explications concernant cette vente et leurs fûts.


Place à la dégustation !





SILVER SEAL JAMAICA 1984 36 ans 62,3%


CREDIT PHOTO : MATTHIEU GOUZE




Il s’agit d’un rhum jamaïcain issu d’un single cask ex bourbon (434043) du millésime 1984 de la distillerie Clarendon.


Il a vieilli 36 ans sous climat tropical et a été embouteillé brut de fût en Ecosse en 203 exemplaires à 62,3% par l’italien Silver Seal.




CREDIT PHOTO : MATTHIEU GOUZE


La robe est cuivrée avec des reflets acajou.


On découvre un nez intense, mais sans être gêné par l’alcool.

On y trouve des notes d’épices (cardamome), de zest d’orange, puis de chocolat noir et de mélasse, le tout soutenu par un boisé imposant, mais néanmoins très agréable.


En bouche, on retrouve des notes d’orange confite et d’épices à nouveau (cannelle en tête cette fois), puis de pruneau, de caramel brûlé et de réglisse. Là encore le bois prend de la place, mais sans être prédominant.


Superbe longueur.

Un magnifique rhum dans la lignée des très vieux Jamaïcain non high esters.

Bel équilibre avec une superbe intégration de l’alcool et un bois qui n’écrase pas tous les autres arômes : ⭐️⭐️⭐️⭐️



Vous aussi laissez vos impressions et rédigez votre propre note de dégustation sur l'application RUM TASTING NOTES ici.




VELIER MONYMUSK 1984 35 ans 63,1%


CREDIT PHOTO : MATTHIEU GOUZE






Il s’agit d’un rhum jamaïcain issu de 2 fûts ex bourbon assemblés (434034 / 434039) et siglés MMW Wedderburn de la distillerie Clarendon du millésime 1984.


Il a vieilli 35 ans sous climat tropical et a été réduit à 63,1%, puis embouteillé par l’italien Velier.





CREDIT PHOTO : CHRIS TOPHE




La robe est cuivrée avec des reflets acajou.


Au nez, c’est moins intense que le précédent, il lui faut d’avantage d’aération.

On découvre un nez plus acidulé avec des notes de fruits rouges (groseilles).

C’est frais, sur des notes mentholées accompagnées de notes boisées plus discrètes que pour le précédent, puis des notes d’oranges amères et de fruits secs (amandes notamment).


On retrouve en bouche ces notes fraîches et mentholées accompagnées d’un peu d’astringence sur des notes de fève de cacao.

Apparaissent ensuite des notes épicées (clou de girofle et gingembre) avec bel équilibre du bois de la même manière qu’au nez.


Très belle longueur.

Un profil assez différent de la version Silver Seal même si on retrouve une trame commune.

Une version plus « fraîche » en somme : ⭐️⭐️⭐️



Vous aussi laissez vos impressions et rédigez votre propre note de dégustation sur l'application RUM TASTING NOTES ici.




VELIER MONYMUSK 1984 35 ans 69%


CREDIT PHOTO : MATTHIEU GOUZE






Il s’agit d’un rhum jamaïcain issu de 2 fûts ex bourbon assemblés (434034 / 434039) et siglés MMW Wedderburn de la distillerie Clarendon du millésime 1984.


Il a vieilli 35 ans sous climat tropical et a été embouteillé brut de fût à 69% par l’italien Velier.





CREDIT PHOTO : CHRIS TOPHE





La robe est cuivrée avec des reflets acajou.


On découvre un nez plus complet que pour la version réduite, mais un peu moins intense que celui du Silver Seal.

On trouve des notes de caramel presque brulé, de cuir, de tabac, de mélasse et de fruits secs (dates) associées à un boisé bien présent.






L’attaque est maitrisée malgré le degré.

La bouche est collante et lourde sur des notes de toffee, de réglisse, de bois humide, de compoté de fruits rouges et de boîte à cigares.

Le rhum colle aux gencives de manière très agréable comme certains très vieux Demerara.

Apparaissent ensuite des notes de zest d’oranges accompagnées d’un boisé lourd, mais sans être gêné par l’astringence.


Superbe longueur.

Un monument pour les amateurs du style.

Il ne lui manque qu’un peu plus d’intensité aromatique au nez pour obtenir la note maximale (je chipote un peu je l’avoue) : ⭐️⭐️⭐️⭐️



Vous aussi laissez vos impressions et rédigez votre propre note de dégustation sur l'application RUM TASTING NOTES ici.




PLANTATION JAMAICA MMW 36 ans 74,8%


CREDIT PHOTO : MATTHIEU GOUZE

Lors de la vente organisée en 2018 par Wray & Nephew, Plantation a acheté 42 fûts ex bourbon de Clarendon 1984.


Après ouillage (c’est-à-dire le fait de compenser l’évaporation d’un fût grâce au rhum contenu dans un autre) et transfert dans des fûts ex cognac, c’est au final 18 fûts de 400 litres de Monymusk 1984 que possède Plantation.


Il s’agit d’un rhum jamaïcain issu d’un single cask ex cognac du mark MMW du millésime 1984 de la distillerie Clarendon (alambic Vendome double retort).


Il a vieilli 36 ans (35 sous climat tropical dans un fût ex bourbon et 1 an sous climat continental dans un fût ex cognac) et a été sélectionné par LMDW, puis embouteillé brut de fût en 370 exemplaires à 74,8% par le français Plantation.


CREDIT PHOTO : MATTHIEU GOUZE




La robe est d’un acajou resplendissant.


Le nez est impressionnant.

On ressent toute la fougue de ce rhum affichant plus de 74%, mais sans être réellement gêné par l’alcool.

C’est bien entendu boisé, mais également épicé (clou de girofle) et médicinal (camphre).

Puis viennent des notes de fruit secs (amandes, noisettes), de cendres et de cuir tanné.



En bouche, on est submergé par la puissance de ce rhum.

On trouve des notes de caramel brûlé, de figues sèchées, de fève de cacao, de cape de cigare, de réglisse, de marmelade d’orange et de bois humide.

Le rhum colle aux gencives comme pour le Velier brut de fût, mais le ressenti alcoolique est définitivement trop puissant pour moi.


Très belle longueur.

D’une intensité rare, mais trop puissant pour moi.

Je rêverai de le déguster réduit sous la barre des 70% : ⭐️⭐️⭐️



Vous aussi laissez vos impressions et rédigez votre propre note de dégustation sur l'application RUM TASTING NOTES ici.

1,093 vues0 commentaire