• Olivier Scars

RHUM LAPALUN PETIT BOURG 1952 50%

Dernière mise à jour : 11 oct. 2021


CREDIT PHOTO : SITE D'ENCHERE JAPONAIS


Parmi les cuvées sélectionnées par CHANTAL COMTE, le LAPALUN 1952 fait parti sans hésitation des plus difficiles à obtenir.


J’ai déjà eu le plaisir de vous parler de mes 2 visites chez Chantal Comte dans cet article que le rhum MADININA 1895 et cet article sur la concernant le PLANTATION DE LA MONTAGE PELÉE 1975.


Je vous avais également parlé du travail de cette grande dame du rhum dans cet article concernant le SAINTE LUCE 1980.


CREDIT PHOTO : BAGHERA AUCTION


J’ai découvert ce LAPALUN 1952 lors de ma 1ère visite dans la cave à rhum éphémère INVENTORUM à Paris.


Créée par LMDW et Velier, cette boutique éphémère proposait entre autres une sélection de rhums collectors hors du commun parmi lesquels figurait cette cuvée.


Je l’ai depuis uniquement recroisé dans la boutique LA CASE À RHUM à l’aéroport de Fort-de-France, mais elle était déjà réservée et probablement hors de prix vu la politique de la maison.



Je pus en savoir davantage sur cette sélection lors de ma 1ère rencontre avec Chantal Comte au château de la Tuilerie près de Nîmes.


Chantal m’expliqua que dans les années 80 un client japonais, à qui elle vendait du vin, lui fit part de son souhait d’acheter un rhum martiniquais de l’époque de la Seconde Guerre mondiale pour le marché local.


Contactant différentes distilleries martiniquaises, c’est finalement un représentant de la maison Clément qui lui trouva un petit lot de bouteilles du millésime 1952.


Chantal ne put malheureusement pas le déguster, mais accepta de faire l’intermédiaire pour son client japonais qui avait compris qu’il ne serait pas possible pour lui de trouver des millésimes plus anciens.


À noter qu’il s’agit de l’unique embouteillage « Chantal Comte » non assemblé ni même sélectionné par cette dernière.


Le succès fut immédiat, les bouteilles furent toutes vendues en quelques mois seulement.

Le client japonais de Chantal fut tellement emballé qu’il lui demanda de renouveler cette commande.


Ne pouvant malheureusement pas retrouver un rhum d’un tel millésime et ne souhaitant pas renouveler l’expérience d’embouteiller sans déguster et donc sans sélectionner réellement une cuvée, Chantal dut refuser ce nouveau contrat.



Bien que très difficiles à trouver en métropole, il n’est toutefois actuellement pas rare de trouver ces bouteilles sur des sites d’enchères japonais.


Comme souvent dans ces cas là, c’est mon ami du 94 qui en splitta une, bouteille qu’il avait réussi à acquérir en Martinique.


Ce split fut mémorable bien au delà de la cuvée, car ce fut un véritable parcours du combattant pour lui de récupérer cette bouteille, la crise mondiale du COVID n’arrangeant rien.


Il lui fallut plus d’un an avant de pouvoir récupérer la belle, la splitter et nous faire parvenir les samples.



CREDIT PHOTO : SITE D'ENCHERE JAPONAIS


N’étant pour ma part jamais pressé, surtout lorsque le jeu en vaut la chandelle, la dégustation de ce rhum n’en fut que plus attendue.



Il s’agit donc d’un rhum martiniquais du millésime 1952 baptisé « LAPALUN - PETIT BOURG » en référence à l’origine géographique de sa provenance.


On ne connaît pas l’âge de ce rhum, mais on sait qu’il provient de chez Clément et qu’il a été embouteillé à 50% dans les années 80 en 52 exemplaires.


La robe est vieil or avec des reflets cuivrés.


Au nez, on trouve des notes de fruits jaunes compotés (pêche), ainsi que de réglisse associées à des notes d’épices (muscade, vanille), de toffee, de caramel et de fruits secs (date, figue).

En bouche, l’attaque est maîtrisée et agréable.

C’est très gourmand (trop ?) sur des notes de fruits jaunes bien mûrs, de café au lait, d’épices chaudes et de crème brûlée.

Apparaissent ensuite des notes de tabac blond et de réglisse, le tout soutenu par un boisé agréable.


Belle longueur.

Un profil très (trop ?) gourmand et très accessible, très éloigné du profil du Clément 1952.

Très éloigné également des vraies sélections de Chantal Comte, puisque cette dernière ne l’a pas dégusté puisqu’elle n’a joué qu’un rôle d’intermédiaire dans cette cuvée.

Un rhum pas forcément déplaisant, mais sans grand intérêt à mon humble avis : ⭐️⭐️

432 vues2 commentaires