• Olivier Scars

SAINT-ÉTIENNE 1959 45% / SAINT-ÉTIENNE 1970 40%



Voici une bouteille qui a beaucoup fait parlé d’elle il y a quelques temps. J’ai entendu parler de ce rhum de la distillerie martiniquaise SAINT-ÉTIENNE (actuellement devenue HSE) il y a quelques années grâce au retour de dégustation sur un salon allemand de spiritueux d’un des 2 membres de l’Agricole Tour.

En interrogeant quelques amis spécialistes en rhum agricole, ils ne furent pas d’accord entre eux. Alors que certains pensaient qu’il s’agissait d’un VSOP, d’autres quant eux étaient convaincus qu’il s’agissait bien d’un vrai millésime, donc plus vieux qu’un VSOP.

Difficile de démêler le vrai du faux et mon entretien avec le propriétaire de la bouteille sur la photo ne me permis pas d’en savoir beaucoup plus du fait de son manque de sympathie évident.


C’est finalement dans le warehouse de Luca Gargano (patron de Velier) que je découvris la vérité. Alors que j’étais en train de déambuler de rangée en rangée comme un enfant chez Toys’R’Us avant Noël , je tombai par hasard sur un embouteillage similaire de cette bouteille, mais étiquetée VSOP. Le millésime 1959 siégeant à côté de ce VSOP me prouva qu’il existait donc bien deux versions de cette bouteille de Saint-Etienne avec des contenus bien différents.

Une fois rentré d’Italie, je mis un post sur Facebook à la recherche de cette bouteille. S’en suivit une querelle d’acheteur / vendeur en commentaire de mon post pour savoir quel était le prix actuel de cette cuvée. Dans tout ce brouhaha, je reçu un MP me proposant de m’en vendre une bouteille à bon prix par rapport à ce que je venais de lire.

Seul problème, la bouteille n’était pas à lui et se trouvait en Martinique. Mon interlocuteur vivant en Martinique lui aussi, il me proposa alors de gérer pour moi la transaction. Je pris la décision de lui faire confiance et à réception, je lui offrirai un sample de ce fameux millésime puisque j’avais de toute façon prévu de la splitter comme à mon habitude avec ce genre de rareté.



Pour la rapatriement en métropole, un ami commun de passage en Martinique me proposa de s’en occuper. Un sacré stress tout de même lorsqu’on connaît la délicatesse des personnes qui chargent et déchargent les bagages à l’aéroport... Mon ami me garantit prendre toutes les précautions et c’est avec soulagement qu’il me confirma qu’il était bien rentré chez lui et que la bouteille était saine et sauve.

Il me restait toutefois une étape avant de récupérer mon flacon, il me fallait trouver un moment pour passer le voir chez lui à Cherbourg.

3h de route nous séparant et nos emplois du temps ne coïncidant pas, j’eu l’idée de confier la précieuse à un bar de la ville que je connaissais bien : « LE DADAWA ». Les patrons fans de rhum m’avaient déjà fait jouer chez eux et notamment lors d’un concept créé avec mon ami SELECTA ANTWAN (TERMINAL SOUND) intitulé « RHUM & REGGAE ».

François, un des patrons du bar, avait toute ma confiance pour ce job. Après lui avoir exposer la situation et lui avoir demander de me rendre ce service, il accepta sans hésiter et l’affaire fut conclue.


Après une journée de travail bien remplie et après avoir reçu confirmation que la bouteille était bien arrivée au bar, je pris la route sous une pluie battante un soir d’Automne. Une fois arrivé sur place et après avoir discuter avec François tout en dégustant un petit verre de rhum XM 15 ans de Guyana, je repris la route dans l’autre sens afin de rentrer chez moi avec ma fameuse bouteille de 1959.


Après l’avoir splitté, j’eu l’occasion de la déguster avec mon ami pharmacien spécialiste en rhum agricole lors d’une magnifique soirée chez lui avec un line up 100% rhum antillais au milieu duquel cette bouteille du Gros-Morne nous fit forte impression.


Il s’agit donc d’un rhum agricole du millésime 1959 de la distillerie martiniquaise SAINT-ÉTIENNE du Gros-Morne embouteillé à 45%.


Ce rhum possède une belle couleur acajou.

Le nez est magnifique, sur un bois noble avec des notes gourmandes de fruits exotiques (papaye, banane), de noix de cajou et d’amandes torréfiées.

La bouche est un peu en deçà des promesses du nez, mais reste très plaisant. Le boisé est bien présent, accompagné d’arômes d’épices (clou de girofle) et de poivre gris, le tout se mêlant aux fruits exotiques et aux fruits secs.

Longueur moyenne.

Un très beau rhum martiniquais avec un nez incroyable : ⭐️⭐️⭐️



Je profite de cet article pour vous parler du seul autre rhum Saint-Etienne millésimé que je connaisse : SAINT-ÉTIENNE 1970.

Ce rhum a été embouteillé pour l’Italie par WILLIAM PITTERS, entreprise embouteillant du cognac et rachetée depuis par MARIE BRIZARD.

J’ai eu la chance de recevoir un sample de ce rhum grâce à mon homologue blogueur italien.



Il s’agit donc d’un rhum agricole du millésime 1970 de la distillerie martiniquaise SAINT-ÉTIENNE du Gros-Morne embouteillé à 40% pour l’Italie par William Pitters. Pas non plus de détail concernant l'âge de ce rhum.


La couleur est cuivre usé.

Le nez s’inscrit sur des arômes de sucre roux, de fruits jaunes (nectarine) et d’épices (muscade), le tout soutenu par un boisé fin et léger.

En bouche, c’est moins puissant et plus rond que le 1959 et ses 45%. On retrouve un beau boisé chaleureux associé à des notes de fruits secs et de fruits à coque (noisette), ainsi que de la muscade et des notes légèrement poivrées.

Longueur moyenne.

Un rhum pour moi en deçà de son aïeul de 1959 (plus jeune que ce dernier ?), mais avec de nombreuses similitudes : ⭐️⭐️

0 vue

- Mabel : http://www.mabelparis.com
- Oh My Spirit : https://www.ohmyspirit.com
- Rum The World : http://www.rumtheworld.com
- Durhum : http://durhum.com
- Rhums de l homme à la poussette : https://lesrhumsdelhommealapoussette.com
- Blog à Roger : http://leblogaroger.eu