• Olivier Scars

SALON DU RHUM : JAMAICA 1990 / JAMAICA 1993 / VELIER - HAMPDEN 2018 / PLANTATION - LONG POND 1999



Si il y a bien un salon où j’aimerais aller depuis de nombreuses années, c’est bien le SALON DU RHUM de SPA en Belgique.


CREDIT PHOTO : PATRICK OUTERS - BLACK BOX PHOTO


Motivé depuis longtemps par les retours des copains Laurent du blog « Les Rhums de L’Homme à la Poussette », Roger du « Blog à Roger », ainsi que de mes amis liégeois Eric et Jean-François, je n’ai jamais réussi à m’y rendre pour une raison très simple : chaque année cela tombe sur le week end d’anniversaire de ma femme !


Ceci étant dit, je me console chaque année en lisant les retours de mes amis et des différents amateurs sur les groupes Facebook spécialisés.


CREDIT PHOTO : SALON DU RHUM



Au delà de leur talent pour réunir les plus grandes marques et embouteilleurs indépendants de rhum, au delà d’un stand collector de très haut niveau, le Salon Du Rhum propose à chaque édition des sélections exclusives à ses visiteurs.


Neisson, Savanna, St Lucia Distillers, Velier, J.M, Compagnie des Indes, New Grove… tant de cuvées exclusives ayant comme dénominateurs communs leurs grandes qualités et d’être sold out très rapidement !


J’ai eu le plaisir pour ma part d’acquérir le Velier - Hampden LROK 2010 et le Neisson 2012.


CREDIT PHOTO : SALON DU RHUM


Après les terribles inondations de 2021 dont a été victime la région Vervietoise, le Salon du Rhum a perdu son entrepôt de stockage dans lequel se trouvait les stands, équipements, verres, shop etc…


L’initiative de cagnotte des groupes Facebook « La Canne 2.0 » et « La Confrérie Du Rhum » a permis de réunir un peu d’argent dans un premier temps.

CREDIT PHOTO : SALON DU RHUM




Quelques temps plus tard, l’équipe du Salon du Rhum a sélectionné, designé et embouteillé elle même, puis vendu très rapidement deux cuvées de Hampden des millésimes iconiques en vieillissement continental que sont les millésimes 1990 et 1993.

Plus récemment, des partenariats avec The Nectar et Plantation, puis The Nectar, Velier et La Maison & Velier ont permis de créer deux cuvées spéciales pour la prochaine édition du Salon du Rhum qui se déroulera les 8 et 9 Octobre 2022 à Spa en Belgique !


CREDIT PHOTO : SALON DU RHUM



Mais qu’en est-il de ces 4 cuvées ?


Et bien grâce à la générosité et la compassion de Vincent Thill (organisateur du Salon du Rhum) envers le pauvre homme que je suis, soucieux de fêter l’anniversaire de sa femme chaque année, j’ai reçu un échantillon de chacun de ces 4 rhums afin de me faire ma propre idée et de pouvoir vous en faire part.



Envoyés avec une fiche explicative et les 2 sous bocks qui étaient offerts lors de l'achat des cuvées JAMAICA 1990 et 1993, c'est avec enthousiasme que je réalise ces dégustations.

JAMAICA 1990 C<>H 31 ans 54,5%


CREDIT PHOTO : SALON DU RHUM


Il s’agit d’un rum de la distillerie jamaïquaine Hampden du millésime 1990 et du mark C<>H (presque le plus haut taux d’esters).



Il a vieilli 31 ans sous climat continental avant d’être embouteillé à 54,5% en 228 exemplaires par l’équipe du Salon du Rhum.


La robe est de couleur or.

Au nez, on retrouve d’emblée les esters gourmands typiques du profil C<>H de long vieillissement continental.


On découvre des notes de fruits tropicaux hyper mûrs (ananas, banane) associées à des notes de colle, de saumure de câpre, de tapenade d’olives vertes, puis des notes de yuzu et d’eucalyptus.

Comme souvent sur ce type de profil, étonnamment peu de place pour les notes boisées malgré les très nombreuses années de vieillissement.



En bouche, l’attaque est intense, mais maîtrisée.

On trouve des notes gourmandes de confiture de mangue, d’ananas caramélisé, puis des notes d’anchoïade et d’olives vertes, ainsi que des notes de citron vert et des notes mentholées associées à des notes de pâte d’amande et des notes boisées en soutien (non dominantes).


Très belle longueur.

Très belle sélection qui tient toutes ses promesses :

Vous aussi laissez vos impressions et rédigez votre propre note de dégustation sur l'application RUMX ici.

JAMAICA 1993 C<>H 28 ans 57,8%


CREDIT PHOTO : SALON DU RHUM

Il s’agit d’un rum de la distillerie jamaïquaine Hampden du millésime 1993 et également du mark C<>H.



Il a vieilli 28 ans sous climat continental avant d’être embouteillé à 57,8% en 187 exemplaires par l’équipe du Salon du Rhum.



La robe est de couleur dorée.


Au nez, c’est encore plus expressif et aussi gourmand que le rhum précédent.

On découvre des notes de fruits exotiques trop mûrs (ananas, mangue) associées à des notes d’olives vertes et de solvant un peu plus intense, ainsi que des notes acidulées (citron confit), puis des notes de gingembre et de camphre.

Peu de notes boisées là encore.


En bouche, l’attaque est intense, mais toujours maîtrisée.



On retrouve la gourmandise portée sur des notes de compote de banane et de gâteau à l’ananas, puis apparaissent les notes de saumure d’olives vertes, de piment végétarien, ainsi que des notes de poivre jamaïcain et de poivre gris avant que n’apparaissent des notes d’amandes amère et des notes boisées en soutien.


Très belle longueur.



Très belle sélection là encore qui rend hommage à ce millésime iconique chez Hampden en vieillissement continental.

Petite préférence pour le 1990 pour son insolente buvabilité :

Vous aussi laissez vos impressions et rédigez votre propre note de dégustation sur l'application RUMX ici.


VELIER HAMPDEN HLCF 2018 3 ans 64,6%


CREDIT PHOTO : SALON DU RHUM

Il s’agit d’un rum de la distillerie jamaïquaine Hampden du millésime 2018 et du mark HLCF.


Il a vieilli 3 ans sous climat tropical dans le fût ex bourbon numéro 284 avant d’être embouteillé par Velier à 64,6% en 262 exemplaires pour le Salon du Rhum afin de les soutenir suite aux inondations.


La robe est dorée.


Au nez, les 1ers temps sont assez discrets.

Après un peu de temps d’ouverture, on trouve des notes de colle à bois, d’olives vertes à l’ail, de citron jaune, de frangipane, de brioche chaude et de gingembre.

Je rejoins plutôt Roger du « Blog à Roger » qu’Antoine de « Tasting Bros » sur le manque de notes fruitées autres que celles d’agrumes.


En bouche, l’attaque est puissante, mais maîtrisée.



On retrouve des notes de tapenade d’olives vertes, de vernis, de gingembre confit, de pain de mie toasté avant que n’apparaissent quelques notes de confiture de mangue et de banane flambée, puis des notes boisées donnant du corps à ce jeune Hampden.


Belle longueur.



Un profil gourmand et déjà assez complexe pour un si jeune rhum.

Une dégustation très agréable et très intéressante qui plus est, permettant de mieux comprendre l’évolution d’un Hampden en vieillissement tropical :

Vous aussi laissez vos impressions et rédigez votre propre note de dégustation sur l'application RUMX ici.


PLANTATION LONG POND HJC 23 ans 76%


CREDIT PHOTO : SALON DU RHUM


Il s’agit d’un rum de la distillerie jamaïquaine Long Pond du millésime 1999 et du mark HJC.



Il a vieilli 19 ans sous climat tropical en fût de bourbon, puis 4 ans sous climat continental en fût ex cognac Ferrand avant d’être embouteillé par Plantation à 76% en 298 exemplaires pour le Salon du Rhum afin de les soutenir suite aux inondations.



La robe est cuivrée.


Au nez, l’alcool semble bien intégré malgré le degré affiché.

Un peu de temps d’ouverture lui permet de se révéler pleinement.

On découvre des notes concentrées allant du solvant à l’olive noir grecque en passant par des notes de fruits exotiques très mûrs (ananas, papaye), d’écorce d’orange et de pâte d’amande, mais aussi de cuir tanné, de boîte de cigare et des notes boisées rafraîchies par quelques notes de réglisse.




En bouche, l’attaque est saisissante, mais pas autant que le degré l’aurait laissé présager.

On découvre les notes gourmandes de confiture d’ananas, de banane trop mûre, de crème d’amande, puis rapidement d’olives noires cuites, de colle UHU, de zeste d’orange légèrement brulé, puis de cape de cigare, de lanière de vieux cuir, ainsi que des notes boisées associées à des notes de fève de cacao.

Ça colle aux dents comme certains vieux Demerara à plein degrés.


Très bonne longueur.



Un profil très intense dont le degré invite à la modération, mais aussi à y retourner tant l’expérience est plaisante.

Une plus grande buvabilité l’aurait amené à 4 étoiles :



Vous aussi laissez vos impressions et rédigez votre propre note de dégustation sur l'application RUMX ici.

237 vues0 commentaire