• Olivier Scars

VISITE DE DISTILLERIE DE COGNAC : FRAPIN

Mis à jour : avr. 14

Par transparence et respect, je me dois commencer cet article en expliquant que j’ai malheureusement perdu toutes les photos concernant mes visites de distilleries de cognac lorsque mon téléphone a rendu l’âme et ce, avant que je ne puisse sauvegarder son contenu.


Ainsi, je me vois dans l’obligation de rédiger ces articles uniquement grâce aux photos « officielles » des producteurs (sauf certaines photos de dégustation que j’ai pu récupérer, car je les avais envoyé à des amis), à leur documentation et heureusement à mes notes que j’ai conservé.

J’ai longtemps hésité à ne pas rédiger ni publier ces articles, mais je me suis finalement convaincu qu’il fallait le faire, ne serait-ce que par respect pour toutes les personnes qui m’ont permis de visiter leur outil de travail et qui m’ont accordé de leur temps précieux.

Je m’excuse donc par avance et j’en appelle à votre indulgence concernant ces articles, j’ai toutefois fait tout mon possible pour que leur qualité soit la même que pour tous les autres déjà publiés sur ce blog.

Bonne lecture à vous !


CREDIT PHOTO : FRAPIN


Je connaissais la distillerie de COGNAC FRAPIN de longue date, mais je n’avais pu déguster « que » le XO Chateau Fontpinot.


Le hasard (destin ?) faisant bien les choses, ma mère en voyage en Inde avec un tour operator avait fait la connaissance du maître de chai de la distillerie, Patrice Piveteau, et avait pris sa carte de visite.

De retour en France et ayant prévu de voyager dans la région de Cognac, elle passa le voir et lui parla de mon blog.

Enthousiaste à l’idée de me recevoir, il lui conseilla de me transmettre sa carte et rendez vous fut pris quelques temps plus tard avec Thomas Soret (un de ses collaborateurs) pour une visite complète.



1ère visite de distillerie de mon périple cognaçais de Juin dernier, j’avais hâte de découvrir cet univers qui représente une si grande richesse de notre patrimoine français.


Après m’être réveillé à Bordeaux, je pris la route direction Segonzac de bon matin pour y rejoindre mon hôte qui m’emmena dans un premier temps là où tout commence pour le cognac, à savoir dans les vignes.






Celles de la maison Frapin s’étendent sur 240 hectares exclusivement au cœur de la Grande-Champagne autour du Château de Fontpinot, édifice datant du 18ème siècle.


Initialement vigneron, la famille Frapin travaille la vigne depuis 21 générations.



CREDIT PHOTO : FRAPIN


Le cépage cultivé est l’Ugni-blanc qui présente plusieurs intérêts notamment une certaine acidité qui permettra une meilleure conservation du vin avant sa distillation.




Une fois récolté et pressé, le jus va fermenter quelques jours dans des cuves grâce à des levures exogènes (fermentation malo-lactique et alcoolique).





CREDIT PHOTO : FRAPIN


CREDIT PHOTO : FRAPIN


Puis la double distillation est réalisée sur lies grâce à 6 alambics à repasse de 25 hL pour finalement couler à 71% en sortie d’alambic.


CREDIT PHOTO : FRAPIN


Le vieillissement se fait quant à lui dans une vingtaine de chais sur le domaine.


10 sont dits « humides », car les fûts y sont stockés à même la terre battue.

L’évaporation y est modérée.


Les 10 autres chais dits « secs » (notamment utilisés pour les millésimes) sont situés sous les toits les fûts qui y sont stockés connaissent une évaporation plus importante.






À noter que la magnifique charpente du plus grand chai du domaine est l’œuvre de Gustave Eiffel et rappelle certains halls de gare imaginés par ce dernier.






CREDIT PHOTO : FRAPIN


CREDIT PHOTO : FRAPIN


Le dernier chai que mon hôte me fit visiter fut le fameux Chai Paradis.

Un endroit extraordinaire et hors du temps dans lequel repose en fûts et en dames-jeannes les plus vieilles eaux-de-vie du domaine.

Utilisés avec parcimonie dans certaines cuvées d’exception de la gamme, ces cognacs représentent la mémoire et l’histoire de la maison Frapin à travers le temps.


À noter que la plupart de ces fûts sont cerclés par des cordes en châtaignier dans le but de les protéger des nuisibles.



Les fûts constituant ces différents chais sont des fûts de chêne comme l’exige l’AOC.


Lors de la création d’un cognac, le maître de chai utilise tout d’abord pendant 6 mois à 1 an des fûts neufs avec chauffe moyenne (1 à 5 ans d’existence) afin de structurer le futur cognac en lui donnant une palette aromatique riche grâce à de nombreux échanges avec le bois.



CREDIT PHOTO : FRAPIN


Puis le cognac va être transféré dans des fûts roux (5 et 15 ans d’existence) afin qu’il puisse évoluer, avant enfin d’être transféré dans des fûts centenaires pour y subir l’oxydation nécessaire à son parfait vieillissement.


CREDIT PHOTO : FRAPIN





Après cette superbe visite, mon hôte m’emmena dans l’endroit où le maître de chai crée les différents cognacs de la maison Frapin.

C’est un endroit calme rempli d’échantillons dont certains disposés en « piano » et dans lequel on l’imagine tester de nombreuses combinaisons avant de trouver l’assemblage qu’il recherche.





CREDIT PHOTO : FRAPIN


CREDIT PHOTO : FRAPIN




La gamme FRAPIN est composée de cognacs d’assemblage allant de la Cuvée 1270 créée pour la mixologie jusqu’à la sublime cuvée Plume Frapin qui rend hommage à l’écrivain Rabelais membre de la famille, en passant par le VSOP, le XO VIP et l’Extra.


On trouve également quelques Millésimes (1990, 1992), le fameux Château Fontpinot XO que j’avais adoré et un Multi-Millésime qui m’a énormément plu également.




CREDIT PHOTO : TASTE OFFRANCE MAG



J’ai beaucoup apprécié l’authenticité de cette maison qui maîtrise la destinée de ces cognacs depuis la vigne jusqu’à l’embouteillage avec une qualité d’assemblage remarquable.


CREDIT PHOTO : COGNAC ONLY


Habituellement peu sensible aux cuvées d’exception des grandes maisons de cognac, cuvées que je trouve souvent trop consensuelles et peut être d’avantage destinées à une clientèle très aisée recherchant d’avantage une carafe « œuvre d’art » qu’un cognac gustativement incroyable, je dois bien avouer que la PLUME FRAPIN ne m’a pas laissé indifférent.

Une complexité aromatique dans un rendu très homogène évoluant magnifiquement au nez, puis en bouche et laissant une finale d’une longueur fabuleuse.

Une très grand cuvée, aussi bien pour sa luxueuse et magnifique carafe que pour son cognac exceptionnel à plus d’un titre.




CHÂTEAU FONTPINOT XO 41 %



Ce cognac possédant la particularité d’être le seul Château en premier cru à posséder l’appellation 100% Grande-Champagne, a connu un vieillissement en chais secs.


Il s’agit d’un cognac XO embouteillé à 41%, fruit de l’assemblage de cognacs dont le plus jeune a au minimum 20 ans d’âge.



La robe est dorée avec des reflets cuivrés.


Le nez est fin et délicat, sur des notes de fruits secs (abricot), de fruits à coque (noisette) accompagné par un joli rancio.

En bouche, on retrouve des notes de fruits confits et de fruits secs (abricot en tête), d’amandes effilées et de fruits rouges cuits, le tout soutenu par le rancio.

Belle longueur.


Un cognac à la fois accessible et complexe avec un degré agréable et suffisant prouvant si besoin est, que l’on peut obtenir un bon assemblage pour peu que l’on en respecte l’élaboration : ⭐️⭐️⭐️



CREDIT PHOTO : FRAPIN

- Mabel : http://www.mabelparis.com
- Oh My Spirit : https://www.ohmyspirit.com
- Rum The World : http://www.rumtheworld.com
- Durhum : http://durhum.com
- Rhums de l homme à la poussette : https://lesrhumsdelhommealapoussette.com
- Blog à Roger : http://leblogaroger.eu