• Olivier Scars

VISITE DE DISTILLERIE DE RHUM : TROIS RIVIÈRES

Mis à jour : avr. 24


CREDIT PHOTO : TROIS RIVIERES


Après ma visite de la distillerie A1710 dont vous pouvez retrouver l’article ici, Benoit Bail (fondateur de la Confrérie Du Rhum et ambassadeur Depaz) et moi prîmes la route en direction de Rivière Pilote où se trouve les chais de vieillissement communs et la distillerie de La Mauny, Trois Rivières et Duquesne.

J’ai découvert les rhums Trois Rivières lorsque j’étais étudiant grâce à leur cuvée iconique à 50% disponible très facilement.


Quelques années plus tard, lorsque je suis réellement devenu amateur de rhum (et notamment de rhum agricole), j’ai été subjugué par les vieux millésimes de la marque.








Vous trouverez d’ailleurs mon retour de dégustation du Trois Rivières 1953 dans cet article, ainsi que deux séries de dégustation comparative de tous les autres millésimes vintage de 1953 à 1991 dans cet article et dans celui-ci.









CREDIT PHOTO : BENOIT BAIL


C’est Daniel Baudin, élu « meilleur maître de chai du monde » en 2019 à l’International Rhum Conférence a Miami, nous reçut avec sa bonne humeur habituelle.


J’avais en effet eu le plaisir de le rencontrer à plusieurs reprises sur des salons comme le Rhum Fest Paris.



La visite commença par quelques rappels historiques concernant la distillerie.


Née il y a plus de 3 siècles, Trois Rivières tient son nom des trois rivières qui bordent ses hectares de champs de cannes : Oman, Bois d’Inde et Saint Pierre.


Initialement spécialisée dans la production sucrière au XVIIIème et XIXème siècle, la propriété se consacre petit à petit à la production de rhum agricole qui deviendra exclusive au début du XXème siècle grâce à Amédée Aubéry, puis à son fils qui agrandira la plantation et déplacera la distillerie Dizac du Diamant jusqu'au terres de Trois Rivières à Sainte-Luce.


La famille Marraud Des Grottes rachète le domaine, commercialise jusqu’en 1972 des rhums vieux Trois Rivières sous le nom de Duquesne dont ils sont propriétaires, puis se dote d’une seconde colonne de distillation.



En 1994, la distillerie est reprise par le groupe Bellonie & Bourdillon (BBS) déjà détentrice de la distillerie La Mauny.

En 2004, la la production Trois Rivières est déplacée de Sainte-Luce à Rivière Pilote (distillerie La Mauny), mais en prenant soin de déplacer également la précieuse colonne de distillation d’origine.


Les plantations Trois Rivières exploitées restent celles de Sainte-Luce où l’on peut toujours admiré le moulin iconique de la marque.


En 2019, le groupe italien Campari rachète Trois Rivières, Maison La Mauny et Duquesne.


En 2020, Trois Rivières est élu "Meilleur Producteur" et "Meilleur Spiritueux" au IWSC.



Lors de mon 1er voyage en Martinique il y a quelques années, je m’étais rendu au show room Trois Rivières à Sainte-Luce.


Outre le magnifique moulin et un espace de vente et de dégustation très agréable, on y découvre quelques vestiges de l’ancienne distillerie.


CREDIT PHOTO : TROIS RIVIERES


Trois Rivières possède 700 hectares de terres à l’extrême sud de la Martinique dont 250 hectares de champs de cannes à sucre.


La distillerie travaille également avec une soixantaine de producteurs qui représentent 30% de la production totale.



Elle exploite 5 variétés de cannes à sucre dont la canne roseau, la canne paille et la canne bleue.


La récolte démarre habituellement en Février et s’effectue à 60% de manière mécanique et 40% de manière manuelle.








Dans les 24h après sa coupe, la canne à sucre est broyée, puis pressée par les 4 moulins à 3 rolls en réalisant une imbibition (ajout d’eau à la canne broyée et pressée entre chaque moulin afin d’en extraire le plus de sucre possible).








Le jus de canne à sucre est ensuite filtré avant de rejoindre les 9 cuves de fermentation réservées à Trois Rivières parmi les 27 que possède la distillerie.


La fermentation a lieu durant 24 à 36 heures grâce à de la levure œnologique, mais également des levures indigènes et d’autres spécifiquement choisies.


Le vin de canne ainsi obtenu titre entre 4,5 et 5,5%.



La distillation a lieu grâce à 2 colonnes de 17-19 plateaux dont la colonne historique de Trois Rivières en cuivre.







Le rhum coule en sortie de colonne autour de 69-70%.


La réduction est réalisée soit grâce à de l’eau déminéralisée, soit de l’eau osmosée, soit les deux selon les cuvées.








Le domaine dispose de 2 chais de vieillissement contenant une quinzaine de foudres de 20.000 à 50.000 litres, ainsi que l’équivalent d’environ 6000 fûts de 200 litres.

La maison Trois Rivière travaille actuellement avec 5 tonneliers qui leur fournit des fûts de chêne français neufs et un peu de chêne américain.


Trois Rivières utilise également des fûts ayant contenus au préalable du moscatel, du porto, du bourbon, du cognac, du whisky...


Après vieillissement, les rhums sont filtrés grâce à 2 types de filtre de tailles différentes pour les rhums vieux (filtration à froid) et rhums blancs avant embouteillage qui a lieu sur place.


CREDIT PHOTO : INFOS BAR


La gamme des rhums Trois Rivières a beaucoup évolué ces 20 dernières années.


Je vais donc tenter, sans toutefois être exhaustif, de revenir sur la gamme classique, les cuvées iconiques, ainsi que les nouveautés.


Pour ce qui est des rhums blancs :


Cuvée Spéciale Mojito & Long Drink 40% : assemblages de 3 rhums blancs de profils différents.


Cuvée 50% : iconique.

Cuvée de l’Océan 42% : parcellaire marquée par des notes iodées.

Cuvée 55%

CREDIT PHOTO : TROIS RIVIERES


Citons ensuite les rhums vieillis :


Ambré 40% : 12 à 18 mois de vieillissement en foudre de chêne français.

Trois Rivières Finish Whisky 40% : 12 à 18 mois de vieillissement en foudre de chêne français, puis 6 mois en fût de whisky français de chez Rozelieures.


VO - Cuvée du Moulin 40% : plus de 3 ans de vieillissement en fût de chêne.

VSOP - Réserve Spéciale 40% : plus de 5 ans de vieillissement en fût de chêne français.

CREDIT PHOTO : TROIS RIVIERES


Triple Millésime 42% : initialement 1998-2000-2007, puis 1999-2000-2009 et actuellement 1999-2000-2010.



Single Cask millésimé 43% : notamment 1998, 2001, 2003, 2005, 2006, 2007.

Cask Strenght 2006 55,5%

12 ans 42% : vieilli en fût de chêne américain ex bourbon.


Cuvée Princesse : assemblage de plus de 50 cuvées issues de 8 millésimes.


Millésime 2000 40%

Millésime 1999 42%


CREDIT PHOTO : TROIS RIVIERES



Oman 42% : assemblage de 12 millésimes.


Bois d’Inde 42% : assemblage de 11 millésimes.

Saint-Pierre 43% : assemblage de plusieurs millésimes.



CREDIT PHOTO : TROIS RIVIERES


Citons maintenant les « Éditions du Bar » :


Cuvée « Origines » 55% : rhum blanc ayant subi une réduction sur 5 mois.

Cannes Brûlées 43% : rhum parcellaire monovariétal, à partir de cannes à sucre brûlées.

Double Wood 43% : rhum vieilli en foudre de chêne américain et en fût de 200 litres de chêne français.

CREDIT PHOTO : TROIS RIVIERES


Rhum Vieux de l’Océan 54% : rhum vieilli en fût de chêne américain ex bourbon avec une reminéralisation intégrant une pointe d’eau de mer filtrée.




Citons enfin les millésimes vintages : 1953, 1964, 1969, 1970, 1974, 1975, 1976, 1977, 1979, 1980, 1982, 1986, 1989, 1991.


Vous retrouvez tous les détails de ces cuvées dans mes 2 articles de dégustation comparative ici et ici.


À noter que les millésimes 1977 et 1980 ont été réembouteillé dans des carafes en cristal Baccarat.




CREDIT PHOTO : TROIS RIVIERES



Lors de cette visite, Daniel nous fit l’honneur de nous permettre de déguster de nombreux rhums à même le fût.


Tout d’abord, des fûts d’origines différentes (chêne américain / chêne français), puis de chauffes différentes et enfin de temps de repos différents (repos du bois après sa coupe avant d’être monté en fût) afin de nous montrer par la dégustation toutes les différences et variables influençant l’évolution du profil aromatique d’un rhum vieilli en fût.


Nous dégustâmes ensuite des rhums dont il apprécie l’évolution, ainsi que quelques expérimentations dans l’esprit de la cuvée « Cannes Brûlées ».



Avant de partir, je pus redéguster certains de mes coups de cœur de la gamme actuelle : « Origines », « Saint-Pierre » et le nouveau 1999.


Un immense merci à Daniel pour son temps et sa générosité.

Un homme sympathique et humble dans son approche du rhum et du superbe travail qu’il réalise.


Merci à lui pour ce moment d’échange et de pédagogie.

Rien de tel pour continuer à apprendre et comprendre afin de mieux appréhender ce que l’on déguste !

261 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout