• Olivier Scars

VISITE DE LA DISTILLERIE DE RHUM LONGUETEAU / LONGUETEAU 1940 49%

Mis à jour : mars 4



J’ai déjà eu l’occasion de parler de la DISTILLERIE LONGUETEAU dans mon article concernant à la Cuvée des 120 ans que je vous invite à (re) découvrir.


J’aurais pu également y raconter que j’étais passé en coup de vent à la distillerie lors de mon précédent voyage en Guadeloupe il y a 3 ans, mais que des intempéries avaient malheureusement rendu la visite impossible.


C’est donc un brin revanchard que j’organisai cette visite en espérant que celle-ci se passerait mieux cette fois-ci.

Approchant de la date de début de la campagne de récolte / distillation, François Longueteau Fils était très occupé et c’est in extremis qu'un rendez-vous fut fixé avec Nicolas Bretecher, un de ses collaborateurs.


Je pris donc la route de bon matin et comble du destin, sous une pluie torrentielle cette fois encore...

Heureusement, à mon arrivée la pluie avait cessé et Nicolas m’attendait pour me faire visiter.


CREDIT PHOTO : JESSICA LAGUERRE / DISTILLERIE LONGUETEAU


La distillerie Longueteau est une affaire familiale depuis 1895 et a vu 5 générations se succéder.


Henri Longueteau rachèta la plantation Sainte-Marie au marquis du même nom donnant naissance au Domaine du Marquisat de Sainte-Marie où il transforma cette ancienne sucrerie en distillerie.


Les générations se succédèrent jusqu’à à François Longueteau Père et ses 2 fils François et Nicolas.





Après de longues années de travail et tout autant de sacrifices, la distillerie est depuis 2005 totalement autonome et ce, de la canne à sucre entièrement issue de la plantation du domaine, au matériel et machines agricoles.








Cette plantation de canne à sucre s’étend sur 70 hectares et est répartie en 12 parcelles constituées de deux variétés de cannes à sucre : la canne bleue pour 1/4 et la canne rouge pour 3/4.


C'est très tôt que la famille Longueteau s’est rendu compte de la richesse du terroir et de sa diversité.

Ainsi, un rhum blanc créé à partir de cannes à sucre ayant poussées sur la parcelle la plus près de la mer n’aura pas le même goût que celui lié à la parcelle qui en est la plus éloignée.


La récolte des cannes à sucre se fait de manière mécanique et la fraîcheur de la canne à sucre est tout à fait exceptionnelle.


Il est d'ailleurs très agréable de se balader à pied au milieu des champs de canne jusqu'à apercevoir à travers les palmiers la magnifique maison familiale située non loin d'un étang.





Une fois le jus de canne obtenu, la fermentation se fait grâce à des levures de boulanger.







La distillation quant à elle est réalisée à l’aide de leur très belle colonne créole en inox constituée de 28 plateaux.


Le rhum en sortie de colonne titre entre 75-80% et la réduction se fait grâce à de l’eau filtrée.


CREDIT PHOTO : JESSICA LAGUERRE / DISTILLERIE LONGUETEAU


Nicolas ne put malheureusement pas me montrer le chai de vieillissement, car celui-ci était en maintenance.

Je pus toutefois apprendre qu'il est composé d’environ 300 fûts de chêne français dont la majorité ont contenu au préalable du cognac, mais aussi de quelques fûts neufs.



Après la visite, Nicolas m’emmena à la boutique pour déguster les fameux rhum de la gamme.

L’espace de vente est vraiment superbe et partagé avec les Rhum Karukera pour lesquels je rédigerai un article dédié dans un second temps.


La gamme des rhums Longueteau comporte de très nombreuses références de rhums blancs (mention spéciale au 62% !), mais je me suis concentré sur les fameux parcellaires.


Disponibles ce jour là, les parcelles 1, 9 et 12, mais il faut ajouter à cette série les numéros 4 et 7, cette dernière ayant été spécialement embouteillée pour le Dutty Free de l’aéroport.

Ces rhums blancs sont réellement exceptionnels et le fait de pouvoir les comparer me confirma, si besoin était, tout le talent de cette maison.


Pour ce qui est de rhums vieux, la gamme est également assez fournie.

Parmi les derniers en date, une trilogie d’assemblages d’âge médian croissant (Prélude, Concerto et Symphonie) compose la série Longueteau Harmonie.



Très novateur à l’époque de sa sortie, Longueteau fut parmi les 1er (et le 1er en Guadeloupe à ma connaissance) à embouteiller un brut de colonne nommé « Genesis ».

Sa version vieillie sortie plus récemment est tout aussi réussi, amenant quelques notes boisées sans perdre la fraîcheur de ce rhum.


Il faut également souligner les cuvées partenaires avec Porsche, la Cuvée « Constellation » réalisée pour la Route du Rhum et la Cuvée 29 Février qui connaîtra peut être un nouveau batch en cette année 2020 bissextile.


Pour ce qui est des autres cuvées, outre la Cuvée des 120 ans, on peut citer un Single Cask 2012 brut de fût (fût 76), une cuvée XO et un millésime 2004 désormais difficile à se procurer.




Enfin, il faut noter la superbe qualité des Punch de chez Longueteau notamment celui au Maracudja que je trouve fabuleux !


J’ai également beaucoup apprécié le Planteur et le Punch Coco pendant tout mon séjour en Guadeloupe !








LONGUETEAU 1940 49%


CREDIT PHOTO : DR


Composant en partie la Cuvée des 120 ans, ce millésime 1940 embouteillé à 49% a été un grand succès pour la distillerie Longueteau.







Il s’agirait d’un rhum agricole de 6 à 8 ans d’âge provenant de la distillerie Longueteau / Mon Repos.








CREDIT PHOTO : ALEXANDRE CESARIN


Très difficile à se procurer, c’est François Longueteau Fils qui en a offert 20 cl à l’association « MA PART DES ANGES ».


Cette association créée par les amis MARC OLIVREAU et CYRIL WEGLARZ (auteur du blog DURHUM) a pour but de mettre en vente aux enchères des rhums rares (bouteilles et samples) afin de reverser les gains à des associations caritatives triées sur le volet.




CREDIT PHOTO : MA PART DES ANGES


CREDIT PHOTO : DR


Lors de la seconde session d’enchères, je me suis concentré sur cette flasque de 20 cl de ce fameux Longueteau 1940.







Souhaitant faire partager ce trésor, je revendis prix coutant 2,5 cl à sept amateurs afin de conserver les 2,5 cl restants pour pouvoir le déguster.






CREDIT PHOTO : ALEXANDRE CESARIN



La robe est ambrée avec des reflets cuivrés.


Au nez, les 49% sont intacts et très agréables.

On trouve des notes évoquant la cannelle, le cacao, les fruits cuits (pruneau), le muscovado et des notes de bois humide.


En bouche, la puissance est tout aussi agréable qu’au nez.

On retrouve des notes suaves de confiture de fruits rouges et de muscovado, ainsi que de fèves de cacao torréfiées, de réglisse et de bois humide.


Belle longueur.


Un morceau d’histoire à apprécier comme tel d’autant plus en ayant déjà dégusté la Cuvée des 120 ans au préalable : ⭐️⭐️⭐️




- Mabel : http://www.mabelparis.com
- Oh My Spirit : https://www.ohmyspirit.com
- Rum The World : http://www.rumtheworld.com
- Durhum : http://durhum.com
- Rhums de l homme à la poussette : https://lesrhumsdelhommealapoussette.com
- Blog à Roger : http://leblogaroger.eu